Rétrospective d’Émotions de Rue du 3 juillet

Sous les papiers... la plage ! - Cie Prise de Pied, place de l'Europe

Émotions de Rue est de retour !

L’été 2021 marque le retour d’Émotions de Rue, après une année 2020 au cours de laquelle le festival avait été annulé pour raison sanitaire (pour rappel, seule la journée dédiée au jeune public avait été maintenue et reportée en septembre).

Samedi 3 juillet, commençait donc la 29ème édition du festival Émotions de rue avec les spectacles Sous les papiers la plage de la Compagnie Prise de Pied et Seule en Roue de la Compagnie CirCoCo.

Quelque peu chamboulée par les intempéries, la présentation de ces deux créations 2019 régionales démontre la détermination de l’équipe de la MJC à faire vivre les arts de la rue à Voiron.

Acrobatique et burlesque, Sous les papiers la plage a été présenté comme prévu place de l’Europe à 17h, après le discours habituel d’inauguration du festival par la présidente de la MJC (la pluie s’étant arrêtée juste à temps). Si le spectacle s’est tenu à une heure où beaucoup ont déjà quitté le bureau, il nous a conduit en un lieu où les employés travaillent encore…ou presque. On a pu y découvrir en effet les aventures abracadabrantes d’un doux rêveur au travail et de sa cheffe. Caché derrière une pile de papiers à classer, ce protagoniste rêvait d’évasion. Attentive et exigeante, sa cheffe était bien décidée à le remettre à l’ouvrage... avant de finir par se laisser emporter dans son monde fantastique. Casiers récalcitrants, poubelle capricieuse, feuilles rebelles…, tous deux faisaient face à un matériel indomptable.

Dans un univers empreint de magie et proche de Gaston Lagaffe, Pierre Richard ou Charlie Chaplin, Sous les papiers la plage est à la fois drôle, poétique et magique. Inspiré d’expériences réellement vécues, ce spectacle est une escapade hors du commun et loin du monde oppressant du travail. Le spectacle permet d’aborder le thème du stress au travail, généré par le besoin de compétitivité et du rapport hiérarchique oppressant, et se moque des codes du monde professionnel.

 

Garance C.

Seule en Roue - CirCoCo, MJC

A 18h, direction la MJC où Seule en Roue avait été décalé en raison des conditions météorologiques instables. Tous les spectateurs se sont donc retrouvés dans le hall du bâtiment pour assister à ce spectacle de la Compagnie CirCoCo. Ce solo d’une clown circassienne contorsionnée sur un vélo acrobatique interroge la place de la femme dans notre société.

En peignoir, pantoufles et justaucorps du siècle dernier, CoCo arrive sur scène, traînant derrière elle une mallette rouge vif, dont elle sort un à un ses accessoires : brosse à cheveux dont elle se sert pour coiffer les poils de ses jambes, rouge à lèvres qu'elle s'étale sur les paupières, crayon noir qu'elle utilise comme dentifrice. Elle détruit un à un les clichés d'une femme au naturel qui se prépare pour sortir, en utilisant le public comme miroir de ses réactions disproportionnées, et pour l'aider à choisir entre chaussures écarlate ou crème.

Contorsions et acrobaties sur vélo servent le propos de cette jeune femme sur le fil entre coquetterie, féminité naturelle et lutte contre l'objectification de la femme. Un spectacle où le clown est manié avec dextérité par l'acrobate en talons hauts, qui parle à toutes et tous, mais aussi à chacune et chacun.

Les enfants au premier rang sont comme CoCo, sans filtre, et se prêtent à tous ses jeux, sans jugement. Pour les adultes, le propos féministe est une évidence mais ne gâche pas le plaisir qu'on prend à rire devant les péripéties du personnage, qui finit en beauté par mêler vélo acrobatique et contorsion !

 

 

Aucun commentaire

Déposer une réponse