Rétrospective d’Emotions de Rue du 12 juillet

Émotions de Rue se poursuit sous un rythme frénétique entre danse urbaine et cabaret de poche

Vendredi 12 juillet, le festival s’est installé dans deux lieux de la ville de Voiron aujourd’hui clairement identifiés dans la programmation : le jardin de ville et la cour de l’école Jules Ferry. Malgré quelques problèmes techniques (au niveau du son), la soirée s’est encore une fois très bien déroulée et a réjoui petits et grands.

Le rendez-vous était donné à 19h30 au fond du jardin de ville pour la présentation de la dernière création (2019) de la compagnie A-Tika, compagnie amateure de danse urbaine qui travaille son art dans un mélange d’esthétiques: hip-hop, dancehall, girly, street jazz… Elle est composée de jeunes originaires du Voironnais et de l’agglomération grenobloise qui vivent leur danse avec passion et ont à cœur de mettre en avant ces différents styles à travers leur prestation. Cette création était visiblement le fruit d’un long travail que l’on a pu applaudir. Avec A-Tika, on peut dire que l’on ne s’ennuie pas !

Puis, à partir de 20h00, dans la cour de l’école Jules Ferry, la compagnie Saseo offrait à voir son “cabaret de poche”, spectacle de “cirque frénétique et tout terrain”. Un spectacle sous forme de cabaret au format de poche, dans lequel tous les numéros sont tirés au hasard ; tous… ou presque. “Chez Saseo, on n’est pas des rigolos”, voici un slogan qui en dit long sur la teneur du spectacle. Le cabaret de poche, c’est en effet un tout petit cirque mais un maximum de rires. Les quatre artistes transforment la scène de 2 mètres de diamètre en une véritable piste de chapiteau. Pas besoin d’une grande scène, un si petit espace est suffisant pour dévoiler tout leur talent.

Ils ont pour guide spirituel une roue, une roulette russe qui désigne les numéros d’acrobatie, tissu, fil, jonglerie, ânerie ou encore chevalerie. Lancer de fruits et légumes et dressage de fauves sont également au programme, pour le plus grand plaisir de petits et grands. Avec très peu de choses, la compagnie Saseo transporte le public entre rires et émotions, en utilisant le ridicule comme arme favorite. “Le numéro que vous allez voir, c’est mon préféré”, peut on entendre systématiquement à chaque tirage au sort. Ici, les prouesses circassiennes s'enchaînent, colorent l’espace et débordent de la scène.

Celle-ci est d’ailleurs bien vite installée. “Un paravent sommaire, quelques cubes dorés, une piste rouge molletonnée, des paillettes dans les poches, un bout de ficelle qui se transforme en chapiteau, c’est le défi de Saseo.” Leur performance baigne pourtant dans une belle énergie que l’on peut saluer. 

HIP-HOP avec la Compagnie A-Tika

Le Cabaret de Poche par la Compagnie Saseo

Aucun commentaire

Déposer une réponse