Émotions de Rue met l’Europe à l’honneur pour le 14 juillet

Samedi 14 juillet, la pluie menace de tomber sur Voiron. En ce jour de fête nationale, les rues sont presque désertes ; la ville est bien triste. On est loin des rassemblements qui se tiendront le lendemain pour la finale de la coupe du monde de football.

Mais le foot n’est pas seul à rassembler les gens, le festival Émotions de Rue tient aussi ce rôle-là à Voiron. Ce jour du 14 juillet, il nous a donné rendez-vous dans la cour de l’école Jules Ferry, un nouveau lieu pour le festival, qu’il risque bien d’adopter tant il présente des avantages.

Légèrement isolée du centre-ville, l’école Jules Ferry reste en effet facilement accessible ; elle offre un espace extérieur - cour d’école - non négligeable avec une possibilité d’abri grâce à ses deux préaux qui demeurent en extérieur.

Bien que le ciel soit très nuageux tout au long de l’après-midi, la pluie n’est pas tombée avant 19h30, de manière à ne pas compromettre le travail de la compagnie Girouette venue présenter ce jour-là sa pièce de théâtre jonglé « Ce ne sera pas long ». Heureusement donc que cela n’a pas été trop long…

Deux comédiens-jongleurs, Martin BdM et Juliette Hulot occupent la scène installée dans la cour d’école. Leurs personnages de Greg et Natacha sont tous droits issus d’un obscur organisme de la Commission Européenne à Bruxelles, le bien connu Comité Européen de Supervision des Festivités et Actions Culturelles Communales et Intercommunales et de Promotion des Savoir-Faire Régionaux.

Martin et Juliette se sont d’ailleurs tous deux rencontrés à Bruxelles, cette ville où l’administration européenne est omniprésente, alors qu’ils étudiaient à l’École Supérieure des Arts du Cirque (ESAC). C’est de là que leur est venue l’idée de créer le duo « Greg et Natacha » et de créer ce spectacle qui nous plonge dans l’univers de la technocratie européenne.

Greg et Natacha sont ici pour inspecter dans les moindres détails l’organisation du festival. Le respect des lois et des normes européennes, qu’ils maitrisent sur le bout des doigts, est au centre de leurs préoccupations. Ils commencent d’ailleurs leur intervention en déblatérant toute une série de décrets et de procédures aussi incompréhensibles les unes que les autres. Mais ils dérapent assez vite, optant finalement pour un langage beaucoup plus visuel et gestuel, compréhensible cette fois-ci par tous. Tandis que nos deux compères se laissent dépasser par leurs émotions naissantes, leur présentation se transforme en conférence jonglée.

Étouffée par toute la bureaucratie de Bruxelles, l’Europe semble à nouveau saisissable. En ce moment de fierté nationale, quoi de plus étonnant que de redonner du sens à l’Europe, ses principes, ses symboles, ses pères fondateurs ?

Décidément, Émotions de Rue n’a pas fini de nous surprendre ! Et cela fonctionne, les voironnais ayant été nombreux à répondre positivement à l’invitation et à se laisser embarquer dans cette aventure…rebondissante.

Garance Charlot

 

"Ce ne sera pas long" par la Cie Girouette

Aucun commentaire

Déposer une réponse