Drôles de Moizelles

Un bref récit de la soirée concert des 2 Moizelles de la chorale municipale de Saint-Benêt-la-Chipotte,

Le sourire d'abord crispé, Ségolène et Ludivine n'ont pas flanché face au public, vendredi 27 février au Café-concert Atmopshère. Après avoir légèrement vomi son camembert dans les loges, Ludivine, la pianiste, surmontant la poussée d'eczéma qui lui rongeait les mains, a soutenu de ses mélodies originales, la voix de Ségolène, auteur et interprète des chansons de la chorale, toutes plus dramatiques les unes que les autres.

Un maître-mot, le partage.

Un peu d'histoire... Dans un élan créateur et fédérateur, Ludivine et Ségolène, inséparables depuis la maternelle, ont souhaité fonder il y a quelque temps, une chorale à Saint Benêt la Chipotte, leur village natal, situé sur un point de la carte de France relativement introuvable. Leur but : le partage, au sein de la chorale et avec le public. Les Saints-Benêts n'ayant pas suivi leur mouvement, l'ensemble ne se compose finalement que de ces demoiselles. Mais Ludivine au piano et aux chœurs, Ségolène au chant et à l'écriture, valent bien une dizaine de voix à elles deux. Le partage tant souhaité est bel et bien palpable, que cela soit dans les émotions fortes contenues dans chaque chanson, que dans la participation du public. Le spectacle n'a rien à envier à ceux de Jimmy Hendrix, grand inspirateur des deux artistes.

Néo-musique et néo-paroles

Ludivine y tient, sa musique est conceptuelle et la philosophie qui l'inspire, toujours basée sur l'ouverture aux autres, donne lieu à une esthétique nouvelle : la néo-musique. La tête sur les épaules, elle sait encourager Ségolène, pour la pousser dans des retranchements où elle donne tout ! Les "Voironnois" sont resté admiratifs devant les textes originaux et les capacités d'interprète hors du commun de la chanteuse. Le cri d'une longue chute, le pshtt d'une bougie que l'on éteint de ses deux doigts mouillés de bave, ou mieux encore, le vacarme d'une tronçonneuse, ne résistent pas à sa voix puissante et précise. Des talents insoupçonnables, au regard de la si sage affiche de leur concert. Le duo détonne et atteint des sommets, qu'il s'agisse de dénoncer les inégalités de ce monde, de peindre les aléas de la vie quotidienne, les pulsions possessives de parents autoritaires ou d'encenser l'Amour...

Comme en témoignent les photos, la soirée a réveillé "les jeunes et les vieux Voironnois" venus les encourager dans leurs rêves de scène.

Retrouvez Ludivine et Ségolène sur leur site Internet et leur page facebook.
Quelques nouvelles dates se profilent, mais ce seront les dernières ! (A Lyon, ce sera le 28 avril, salle des Rancy !).

Heureusement, Ségolène se lance, sous un autre nom : Evelyne Zou, chanteuse pa-parfaite.

 

Merci à Elisabeth Dreneau, de l'atelier photo de la MJC, pour les images de cette folle représentation.

 

 

Un article écrit par Anne, nouvelle rédactrice web.
Vous aimez écrire et souhaitez participer à l'animation du site de la MJC par quelques articles ?  

Contactez Lucie par e-mail : lucie.aubin[at]mjc-voiron.org (sans oublier de remplacer [at] par @)

 

 

Aucun commentaire

Déposer une réponse