L’escrime, avec Giacomo

0

Giacomo Cazzaniga est le nouvel intervenant en escrime de la MJC.

Diplômé en histoire de l'art, il est avant tout un maître d'armes passionné, qui a rêvé devant les Trois Mousquetaires. Il présente ici quelques accessoires et les trois armes de l'escrime, avant de raconter brièvement son parcours et ce qu'il travaille à la MJC.

  • Plastron, pour protéger le maître d'armes. Noir, pour le distinguer de l'escrimeur, habillé en veste blanche.
  • Masque, formé en treillis, d'une bavette et d'une attache à l'arrière du masque ainsi que d'une languette.
  • Fleuret et épée : armes d'estoc, pour porter des coups avec la pointe.
  • Sabre : arme de taille, pour porter un coup par le tranchant.
  • Pour les enfants, des fleurets en plastique sont utilisés et pour les plus petits, des sabres en mousse.
Peux-tu te présenter ?

Je viens de la ville italienne de Monza, près de Milan et je suis ici pour travailler comme maître d'armes pour le Cercle d'escrime de Moirans.
Je travaille avec les enfants, les jeunes et les adultes.

Quand as-tu commencé l'escrime et quel est ton parcours ?

J'ai commencé l'escrime à 11 ans et j'ai fait de la compétition pendant 10 ans en Italie et en Europe. Ensuite j'ai commencé une formation de maître d'armes. J'ai d'abord été instructeur, au niveau régional, en Lombardie, d'où je viens, avant d'accéder au niveau national. Puis je suis devenu maître d'armes. J'ai travaillé 4 ans en Italie dans le club d'escrime de Lecco, et je suis arrivé ici en France en août dernier.

Je ne parlais pas français mais je prends des cours et je travaille avec les enfants, qui sont les meilleures personnes pour apprendre le français rapidement !

Comment devient-on maître d'armes ?

J'ai fait des stages dans trois villes en Italie. On apprend la méthodologie de l'escrime, la partie technique, et on prend des leçons avec les plus grands maîtres italiens. L'école italienne est l'une des plus importantes en Europe, avec celles de France, de Hongrie et de Russie.

Pourquoi as-tu voulu faire de l'escrime ?

En regardant les films de mousquetaires, j'ai trouvé que c'était le plus beau sport du monde... Et les Jeux Olympiques, avec toutes les victoires pour l'Italie, m'ont décidé à faire de l'escrime. C'était aussi pour être original : en Italie, tout le monde aime le foot, tous les jeunes ne parlent que de ça, alors je me suis démarqué !

Qu'est-ce que l'escrime peut apporter aux enfants ?

Ca peut apporter beaucoup aux enfants. C'est un sport complet, on peut travailler sur les déplacements par exemple. Pour moi, l'important est aussi dans l'idée de respect. Respect des règles pour utiliser une arme, respect de l'adversaire, du maître d'armes, du matériel. Les règles pour l'escrime sont peut-être être les mêmes que dans la vie.

Et puis il y a aussi l'élégance du mouvement, de la posture. C'est comme une petite danse.

Que fait-on en escrime quand on est tout petit ?

La coordination est encore difficile à 4-5 ans, alors on fait des jeux autour de l'escrime, avec des ballons, des cerceaux... pour faire des petits parcours avec des déplacements d'escrime. Cela plaît à l'enfant et il apprend les bases de l'escrime. Tout le monde y trouve son compte, moi compris !

Et quand on est plus grand ?

On fait beaucoup plus de choses plus tournées vers l'escrime. Des mouvements plus spécifiques et des petits tournois avec les fleurets [en plastique, ndlr]. On avance progressivement vers l'escrime sportif.

La MJC se prête bien à l'observation, à la découverte de l'escrime, pour voir comment se pratique le sport, avant de se lancer dans une salle spécifique, avec des pistes et d'autres éléments propres à la pratique sportive.

Au sein de la MJC, les enfants de 4 à 12 ans peuvent découvrir ce sport, avant peut-être de le pratiquer sur de vraies pistes, en club.

Horaires et tarifs des ateliers

Aucun commentaire

Déposer une réponse